Kanabeach, la marque relancée !

Source : Ouest France

Oberthur, l’éditeur du célèbre almanac’h du facteur, est aussi le numéro deux français dans l’univers de la vente de produits sous licence. Des produits de papeterie, des fournitures scolaires (trousses, cartables, stylos…) soit plus de 600 références de produits déclinant des marques qui font un tabac auprès des scolaires et des ados. « On exploite une quinzaine de licences en moyenne chaque année, dont Kanabeach qui est l’une de nos plus anciennes », explique Christophe Rault.

Le PDG des Editions Oberthur et Fred Alégoët, le fondateur de la marque bretonne de vêtements Kanabeach, s’étaient rencontrés il y a une quinzaine d’années. Une relation qui finira par déboucher, en 2002, sur la signature d’un contrat de licence entre les deux dirigeants bretons. À Oberthur l’opportunité d’exploiter sur ses produits, le nom et l’image « surf » de la marque finistérienne, à Kanabeach l’occasion d’asseoir un peu plus sa notoriété via les éditions rennaises.

Créée en 1987 à Locmaria-Plouzané

Le partenariat entre les deux entreprises a tourné court, début mars, lorsque l’entreprise de textile de Locmaria-Plouzané (Finistère), qui employait encore 24 salariés, a été liquidée par le tribunal de commerce de Brest. Née en 1987, la société s’était taillée une belle place dans le monde du vêtement de loisir. Ses modèles originaux et décalés plaisaient notamment à une clientèle jeune. À son âge d’or, l’entreprise employait plus de 150 salariés. Elle n’a pas su faire face à un lourd endettement lié à des investissements immobiliers pour l’ouverture de magasins. Quelques semaines plus tard, le 10 mai, le fondateur de la marque décédait à l’âge de 51 ans, des suites d’une maladie.

« Continuer à faire vivre la marque »

La relation commerciale établie entre Oberthur et Kanabeach a conduit le PDG des Editions Oberthur à déposer une offre de rachat des marques et des droits de la société finistérienne. « Le tribunal de commerce nous l’a accordé il y a deux semaines. Notre ambition est de continuer à faire vivre la marque Kanabeach sur nos produits de papeterie et fournitures scolaires bien sûr, mais également de la relancer dans le domaine vestimentaire, ce que l’on ne sait pas faire. » Le dirigeant est en quête de partenaires industriels qui puissent donner vie à ce projet. Et perpétuer ainsi l’aventure de la marque de surf et de son fondateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *