Greg Long raconte sa noyade !

Source de l’article : SurfPrévention

« Merci à toute la communauté d’amis, la famille et les sympathisants pour votre inquiétude, vos témoignages d’amour, votre soutien et vos prières suite au sérieux wipeout que j’ai subi en surfant au Cortes Bank ce vendredi 21 Décembre.

Je suis rentré à la maison, après une hospitalisation de 24 heures aux Urgences de l’UCSD Hospital de San Diego en observation préventive suite à l’expérience proche de la noyade et des blessures par traumatisme contondant que j’ai subies par l’impact d’une séquence de 4 grosses vagues, et de 3 vagues passées sous l’eau.

J’avais démarré sur la seconde vague d’une série de quatre vagues et j’ai été obligé de partir devant la vague. Après avoir enduré un plaquage au fond extrêmement violent et long, j’ai à peine réussi à remonter à la surface et j’essayais de prendre une bouffée d’air quand j’ai reçu l’impact total de la lèvre de la troisième et plus grosse vague de la série. Tout l’air a alors été expulsé hors de moi. J’ai quasiment perdu connaissance à ce moment et j’ai de nouveau été entraîné en profondeur en me prenant une correction sévère sous l’eau.

J’ai tenté de remonter à la surface quand l’énergie de la vague a commencé à me libérer, mais j’ai seulement fait quelques mouvements avant que la vague suivante ne me passe dessus, me poussant de nouveau vers le bas. Quand ça s’est calmé un peu, j’ai commencé à escalader mon leash, en espérant atteindre la surface avant de m’évanouir. J’ai atteint le tail de ma planche alors qu’elle était encore immergée dans l’eau turbulente et aérée; c’est là que j’ai perdu connaissance à cause de la saturation en CO2 et du manque d’oxygène.

Trois jet-skis de sauvetage pilotés par D.K. Walsh, Jon Walla et Frank Quirarte me recherchaient en suivant le point de chute initial. Après qu’une quatrième et plus petite mousse soit passée, j’ai été rapidement localisé en train de flotter la tête dans l’eau à côté de ma planche par D.K. Walsh. D.K. a alors abandonné son jet-ski, a sauté dans l’eau pour relever ma tête au-dessus de la surface. Jon Walla est arrivé sur son jet-ski, et ensemble ils m’ont mis sur le rescue sled.

J’ai commencé à reprendre mes esprits pendant le trajet jusqu’au bateau d’assistance. Plusieurs autres sauveteurs ont aidé à me monter à bord. C’est à ce moment que j’ai commencé à recracher la petite quantité d’eau que j’avais aspirée et une grande quantité de sang, dont j’ai appris plus tard qu’il s’agissait de la résultante de la combinaison de la force du traumatisme lié à l’impact [de la vague et/ou de sa planche contre sa cage thoracique] et de la rupture de capillaires pulmonaires due au blocage extrême de la respiration. J’ai été stabilisé à bord du bateau par les sauveteurs et les paramedics qui faisaient partie de notre équipe de sécurité, puis un hélicoptère de la Coast Guard a été appelé pour me transporter sur l’hôpital de San Diego.

Etant entraîné pour retenir ma respiration très longuement, je ne me suis autorisé à aucun moment à paniquer ou à perdre confiance dans le fait que j’allais survivre à cet incident. Cependant, je reconnais totalement que j’ai dépassé mes limites d’endurance, et qu’il y aura toujours des éléments de risque et de danger qui sont au-delà de mon contrôle quand je surfe des vagues de cette taille.

Du fait de ces éléments de risque, j’ai toujours insisté pour travailler avec des personnes qui partagent mon intérêt pour l’entraînement et la préparation. Humblement, j’exprime ma plus profonde gratitude à l’équipe de sauveteurs et de camarades surfeurs dont l’entrainement et la réponse précise ont contribué à sauver ma vie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *